Alerte 2Les identititaires de l'ouest de la France et de l'île de France se donnent rendez-vous les 5 et 6 septembre prochain du côté du Mans. Le lieu précis n'est pas indiqué comme vous pourrez le constater sur le visuel annonçant l'événement provenant du site génération-identitaire :

 

 

identitaires Kisontils ?

« Le Bloc Identitaire - Mouvement Social Européen et les Jeunesses Identitaires sont des nouveaux venus sur la scène de l’extrême droite française traditionnellement marquée par la référence à l’Etat et la nostalgie de l’Algérie Française. Le groupe nait en 2003 sur les décombres d’Unité Radicale, un groupuscule d’extrême-droite fondé en 1998 pour structurer l’aile radicale et extra-parlementaire de cette mouvance. Se voulant œcuménique, Unité Radicale, regroupait le GUD, Jeune Résistance, l’Union des Cercles Résistance ainsi que des cadres de l’Oeuvre Française et du Parti Nationaliste Français et Européen.

Unité Radicale est dissout en 2002 après l’attentat de Maxime Brunerie contre Jacques Chirac et ses militants se dispersent. Deux de ses cadres, Guillaume Luyt et Fabrice Robert, lance alors le site les-identitaires.com et l’association Les Identitaires. Le Bloc Identitaire sera créé dans la foulée en avril 2003.

Les Identitaires postulent l’existence d’une "civilisation européenne" correspondant à l’espace "indo-européen", ce dernier terme étant dans son acception raciale et non linguistique. D’un peuple indo-européen mythique venu du grand nord viendrait toutes les valeurs fondatrices de la civilisation. Cette race européenne se décomposerait en "patries charnelles", fondement d’un régionalisme racialiste, réunies en "patries historiques" (les nations européennes) au sein d’une "civilisation européenne". Leur projet politique rejoint celui de certaines franges de la SS : une Europe fédérale, unie par la référence à la civilisation "Indo-Européenne" et divisée en régions autonomes basées sur les "liens du sang".

Cette civilisation européenne serait, selon les Identitaires, menacée par l’immigration et l’implantation de l’Islam. Leur réponse est l’interdiction de toute expression publique des religions d’origine non-européenne et l’expulsion des immigrés et de leurs descendants, sur des critères raciaux. Elle serait également menacée par le "capitalisme apatride" identifié aux Etats-Unis.

Cette idéologie permet aux identitaires de diffuser un discours pseudo-socialiste et de s’affirmer comme les défenseurs de la diversité culturelle. Il s’agit naturellement d’un miroir aux alouettes. La solidarité des Identitaires est d’abord une solidarité entre soi – entre blancs – excluant explicitement les allogènes. Leur socialisme est avant tout racial. Ce ne sont pas les habitants d’un territoire qui doivent s’approprier les moyens de production mais ses "propriétaires" et certainement pas pour assurer une égalité que les Identitaires refusent passionnément mais pour se soustraire aux influences extérieures. Ces thèses ne sont d’ailleurs pas si éloignées de celles de certains "Républicains" du style "Riposte Laïque" ou "Parti Ouvrier Indépendant", pour peu que l’on remplace la solidarité raciale par une "solidarité nationale", certes plus accueillante aux individus, mais elle aussi fondée sur l’exclusion et la "solidarité préférentielle". »

Cette synthèse assez claire provient du site Agoravox et est signée Damien Perrotin, pour lire la version intégrale cliquer ici

 

Ci-dessous une de leur dernière production "artistique" avec une proposition de modification :

 

identitaires 3