Lors du procès des assassins de Saïd Boucharach, mercredi 25 mars, à Bobigny des peines allant de 5 à 12 ans de prison ont été requises contre les accusés membres ou ex-membres de la LDJ. Le ministère public n’a cependant pas  retenu  de mobile raciste  au passage à tabac et à la course poursuite aboutissant à la noyade du vigil dans le canal de l’Ourq durant l’été 2010. Pour information nous joignons une affiche de ladite LDJ qui fleure son racisme à plein nez, ne serait que par le choix d’un vocabulaire fleuri !

LDH1Contre Dan Sellam, cinq ans d'emprisonnement ont été requis, six ans contre Lucien Dadoun, jugé par défaut, et Michaël Lampel, enfin douze ans, à l'encontre de l'accusé à l'origine de l'altercation, Dan Lampel.

Les quatre accusés, âgés de 24 à 30 ans, ont finalement écopé de peines allant de quatre à neuf ans d'emprisonnement, jeudi 26 mars. La justice estimant que Dan Sellam, Michaël Lampel, Lucien Dadoun et Dan Lampel étaient responsables de violences, commises avec arme et en réunion, qui ont entraîné la mort de Saïd Bourarach,  les a condamnés respectivement à des peines de quatre, cinq, six et neuf ans d'emprisonnement.

La cour a délivré un mandat d'arrêt à  l’encontre  de Dan Lampel, 24 ans à l'origine de l'altercation, qui ne s'est pas présenté jeudi matin, de même que contre Lucien Dadoun absent des débats.