« A L’Encontre » vient de mettre en ligne un article important de Eric Foner ,« Etats-Unis : Il y a 150 ans, après la guerre civile, la Reconstruction. Son actualité »,  consacré aux lendemain de la guerre civile états-unienne dire «  guerre de sécession ».

 

Présentation du papier d’Eric Foner sur « A L’Encontre » :

 L’importante contribution d’Eric Foner que nous publions ci-dessous restitue un élément historique décisif d’un combat qui garde toute son actualité, comme le souligne cet historien de renom. Cet article constitue de même une introduction – parmi d’autres déjà publiées sur ce site – aux exposés de Keeanga-Yamhatta Taylor, militante du mouvement noir et professeure à Princeton University, et de Brian Jones, activiste du mouvement Black Lives matter, qui interviendront dans le cadre du Forum internationale du 20 au 22 mai 2015 à Lausanne. Passons maintenant la parole à Eric Foner.

 

Début de l’article :

USA Reconstruction« La reddition du général confédéré Robert E. Lee à Appomattox Court House, il y aura 150 ans en avril, mis un terme effectif à la Guerre Civile. Préoccupés par les défis de notre époque, les Américains accorderont probablement peu d’attention au 150e anniversaire de la Reconstruction, la période turbulente qui suivit le conflit. Cela est regrettable dans la mesure où s’il y a bien une période historique qui mérite l’étiquette de «pertinente», c’est la Reconstruction.

Les questions qui agitent la politique américaine actuelle (l’accès à la citoyenneté, le droit de vote, le pouvoir relatif des gouvernements des Etats et fédéral, le rapport entre la démocratie politique et économique, la réponse adéquate au terrorisme) sont toutes des questions de l’époque de la Reconstruction. Mais elle a longtemps été mal comprise. La Reconstruction fait référence à la période – traditionnellement datée entre 1865 et 1877 – au cours de laquelle les lois et la Constitution du pays furent réécrites afin de garantir les droits fondamentaux des anciens esclaves et que des gouvernements «biraciaux» furent installés au pouvoir dans toute la Confédération défaite. Pendant des décennies, ces années furent généralement vues comme les pires moments de la saga de la démocratie américaine. Selon cette approche, les députés républicains radicaux du Congrès, ambitionnant de punir les confédérés vaincus, mirent en place des gouvernements corrompus dans le Sud, présidés par des carpetbaggers (des Nordistes qui s’aventuraient au Sud pour récolter le butin des postes officiels), des scalawags (des blancs du Sud qui soutenaient le nouveau régime) et des Afro-américains affranchis, inadaptés pour l’exercice des droits démocratiques. Les héros de cette histoire étaient ceux qui se nommaient Redeemers [les rédempteurs], ceux qui restaurèrent la suprématie blanche dans le Sud. »

Lire la suite.