Parthenon déglinguéAlors que  les médias dominants célèbrent au son des fanfares le nouvel accord signé entre le gouvernement traitre de Tsipras et la Troïka, je vous propose quelques papiers traduisant la réalité dudit accord et la vie concrète des Grecs en…vacances !

  • D’abord, sur médiapart, un article de Martine Orange, daté du mardi 11 août 2015, qui analyse le nouvel accord de « sauvetage » de la Troïka :

« Grèce: le mirage du troisième plan de sauvetage

Le gouvernement grec et les créanciers ont abouti à un projet, mardi 11 août. Celui-ci paraît présenter des conditions moins draconiennes. Dans les faits, les objectifs semblent tout aussi inatteignables que lors des plans précédents, les créanciers fermant les yeux sur l’effondrement économique de la Grèce depuis la fermeture des banques et le contrôle des capitaux.

Un pays comme une business unit. Un pays sans histoire, sans géographie, sans société, sans loi, sans politique. Un pays comme une simple unité de production, hors du temps et de toute contingence. Telle est la première impression qui se dégage à la lecture du projet d’accord du troisième plan de sauvetage de la Grèce, annoncé le 11 août, tant la liste des exigences, des postulats se conforme à tous les préceptes gestionnaires convenus, sans tirer la moindre leçon des échecs passés, des circonstances actuelles.

Ce projet est pourtant censé sauver la Grèce pour la troisième fois depuis 2010. Négocié dans la plus grande discrétion entre le gouvernement grec et les représentants du quadrige – FMI, BCE, Commission européenne, et désormais Mécanisme européen de stabilité –, il entend concrétiser l’accord européen obtenu à l’arraché le 12 juillet et permettre le versement d’une aide de 86 milliards d’euros sur trois ans à Athènes. Une première tranche, dont le montant reste encore en discussion, devant normalement être versée très rapidement afin de permettre à la Grèce d’honorer l’échéance de 3,2 milliards d’euros dus à la BCE le 20 août. »

La suite ici.

 

  • Ensuite, le billet de Panagiotis Grigoriou sur son blog « greek crisis » :

« Aoûtiens

Été grec aux apparences trompeuses. Dans les îles, les très fidèles aoûtiens des lieux peuvent toujours se détendre en lisant “Le Monde”, supposons simplement que notre monde tourne encore joyeusement. Les Grecs quant à eux, sont aussi et enfin... en vacances ; cependant, leurs séjours s’avèrent forcement écourtés, à l’image de leur destinée si peu visible en ce moment. Sur les plages, la colère et l’amertume cumulées bronzent alors ensemble au soleil. Le pays brûle et se consume au fil de ses météoroïdes SYRIZA compris... en ce sixième été sous la Troïka, et sous le troisième mémorandum du genre. »

 Lire la suite.