Maroc drapeauUne nouvelle fois la royauté marocaine cherche à museler les voix discordantes qui s’élèvent pour dénoncer les simulacre d’une « démocratie » en carton-pâte. Cette fois,  Mohammed VI s’en prend à la principale organisation socialiste révolutionnaire au Maroc, la Voie démocratique.

·      

Maroc la voie démocratiqueLire ci-dessous le communiqué de La voie démocratique voir aussi sur son site :

« Communiqué de presse 
Début de répression des boycotteurs des élections locales et régionales au Maroc.

Le début de la campagne électorale au Maroc s'accompagne de la répression organisée de celles et ceux qui appellent au boycott. Le dimanche 23 août 2015, plusieurs camarades de la Voie Démocratique ont été arrêté(e)s et d'autres ont subi des intimidations.

Ce même dimanche, quatre camarades ont été arrêtés puis libérés, à l'entrée de la Ville de Séfrou. Il s'agit de Mohamed Boutaher, Mohamed Absay, Mustapha Boudiri et Mustapha Khiyati. Ils transportaient les tracts qui appellent au boycott des élections. Nos camarades sont obligés de se déplacer jusqu'à Rabat pour récupérer le matériel d'appel au boycott eux-mêmes car il est confisqué par les autorités s'il est envoyé par d'autres moyens (poste, etc). Le même jour le local central à Rabat a été encerclé par les différentes forces de police, y compris la police politique en civil. Un autre camarade Mouad Yacoubi a été arrêté à la gare routière de Rabat. Il a été insulté et plusieurs exemplaires du journal du parti consacré au boycott des élections lui ont été confisqués. Quant au vice secrétaire national de l'organisation, il a été poursuivi et arrêté pour infraction routière avant d'être libéré. Nos camarades de Casablanca qui ont mené une campagne d'appel au boycott n'ont pas été épargnés. Ils ont subi des intimidations et un camarade a été arrêté puis libéré.

Il est clair que l'appel au boycott est le principal défi pour le régime monarchique pendant ces élections. Il a dépensé des millions de dirhams pour inciter les Marocains à s'inscrire sur les listes électorales, en vain. Les Marocain(ne)s savent que ces élections locales et régionales n’amélioreront rien à leur quotidien.

Nous rappelons que la Voie Démocratique appelle au boycott des élections locales et régionales au Maroc. Entre autres raisons : ces élections se déroulent dans un contexte politique caractérisé par la répression des opposant(e)s, la torture, la prédation économique, la détention arbitraire et politique. Elles sont organisées et supervisées par le peu crédible ministère de l'intérieur. Les instances « élues » qui en résultent ont des prérogatives réduites et sont sous tutelle (légale et effective) de ce même ministère. En plus de ces instances, la monarchie centralise tous les pouvoirs entre ses mains. Cette main mise explique le désintérêt des Marocain(ne)s vis à vis des élections qui succèdent.

 

Par ce communiqué, les camarades de la Voie Démocratique à Paris:

  • Dénoncent ces intimidations répressives et apportent leur soutien indéfectible aux camarades de la Voie Démocratique qui mènent une campagne de boycott des élections factices. Ils apportent par la même occasion leur soutien à toutes les forces vives et démocratiques du pays qui boycottent ces élections mascarades.
  • Réitèrent le fait que la position juste et la plus à même de mettre en crise le pouvoir actuel, est le boycott des élections locales et régionales du 4 septembre 2015.
  • Appellent toutes les forces progressistes en France à apporter leur soutien aux camarades Marocain(ne)s en dénonçant ces intimidations et arrestations.
  • Saluent le courage, la résistance et la ténacité de tou(te)s les camarades qui mènent cette bataille sur le terrain. »

 

·      

A L

Voir égalementle communiqué d’Alternatives libertaires ci-dessous ou ici.

« Le pouvoir de Mohammed VI sévit contre la principale organisation socialiste révolutionnaire au Maroc, la Voie démocratique. Celle-ci s’oppose avec courage à l’oligarchie qui grenouille au palais royal et subit aujourd’hui l’intimidation et la répression. Par-delà la Méditerranée : solidarité !

Les militants et les militantes de La Voie démocratique ont décidé de boycotter les élections communales et régionales organisées par le pouvoir marocain début septembre. Celles-ci se veulent un alibi démocratique, dans un royaume où la répression organisée par le Makhzen — le pouvoir marocain et ses institutions — s’exerce contre toutes celles et tous ceux qui résistent, revendiquent, s’organisent pour défendre leurs droits et leurs libertés et construire une alternative.

Militant-es politiques, syndicalistes, animateurs ou animatrices d’associations de chômeurs, femmes en lutte, défenseurs de l’autodétermination des peuples… l’État marocain réprime à tour de bras.

Le 25 août, il s’en est pris aux militants et militantes de La Voie Démocratique menant campagne pour le boycott des élections du 4 septembre.

A Rabat, 11 personnes ont été arrêtées ; A Agadir et Bouizakarne, la Police a empêché les diffusions de tracts en s’en emparant ; A Sidi Moktar, la Gendarmerie royale a convoqué des militants pour leur participation à cette campagne ; A Boujad, la famille d’un militant a reçu des menaces, pour les mêmes raisons…

Aujourd’hui, c’est le vice-secrétaire national de La Voie démocratique qui a été arrêté suite à une diffusion de tracts dans sa ville de Salé. Nous affirmons notre solidarité avec les militants et militantes de La Voie Démocratique que le pouvoir marocain prétend faire taire ! Nous exigeons la libération de tous les prisonnier-es politiques et le respect des libertés !

Alternative libertaire, le 27 août 2015 »