Turquie DraepauSur le site Europe Solidaire Sans Frontiéres  un article de Aydan Uraz sur le virage ouvertement raciste du gouvement turc d’Erogan dans le but de mobiliser tout ce que la Turquie compte de pire et ainsi éviter d’être battu aux élections prochaines.

 « L’AKP mobilise la cruauté raciste –“Erdogan n’a pas hésité à ouvrir les portes des ténèbres”

Barricades, tranchés, pogrom, blocus, couvre-feu... C’est désormais à travers ces termes qu’il est possible de décrire le quotidien de la “Nouvelle Turquie” d’Erdogan.

Tout juste soixante ans après les pogroms visant les quartiers grecs et arméniens d’Istanbul (des 6-7 septembre 1955), des centaines de locaux du HDP ont été attaqué, brulé, des commerces kurdes saccagé, des travailleurs saisonniers agricoles kurdes agressé et lynché, et un jeune homme tué à coup de couteau pour avoir parlé en kurde au téléphone. C’est à la suite de deux embuscades menés par le PKK les 6 et 7 septembre où plus d’une trentaine de soldats et policiers ont trouvé la mort que la fureur nationaliste s’est déchaînée. Si ces tentatives de pogroms semblent bien être organisées au départ par l’AKP à travers ses “foyers ottomans”, il est indéniable que divers courants d’extrêmes droites (les “loups gris” en priorité) mais aussi des “nationalistes banals” s’y sont ralliés spontanément.

Parallèlement le siège du quotidien à grand tirage Hürriyet, qui pourtant ne s’oppose que faiblement aux politiques de l’AKP, a été attaqué et envahi à deux reprises, dans les mêmes journées, par une horde de militants armés de bâtons et pierres, avec à leur tête un jeune député de l’AKP qui lançait “quelques soient les résultats des élections, nous te ferons président” en référence au régime présidentiel autocratique qu’Erdogan veut instaurer si l’AKP détient le nombre requis de siège aux élections du 1er novembre 2015. »

Lire la suite.