AFPS

Insupportable ingérence du CRIF

http://www.france-palestine.org/Insupportable-ingerence-du-CRIF

Le président du CRIF vient une nouvelle fois de sortir de son rôle en demandant au ministre des Affaires étrangères de se conformer aux directives de Netanyahou et de légitimer la colonisation. Il vient en effet de l’appeler à s’opposer à l’inscription de la vieille ville d’Hébron comme patrimoine mondial en péril au titre du patrimoine palestinien au cours de la session du Comité du patrimoine qui s’ouvre le 2 juillet à Cracovie. Il pousse l’impudence jusqu’à écrire aux ambassadeurs de 16 des 21 pays membres de ce Comité, alors même que Netanyahou a empêché vendredi l’accès à la vieille ville d’un groupe d’experts de l’UNESCO.

Il fait mine d’ignorer qu’Hébron est, à son corps défendant, devenue LA ville emblématique de l’occupation et de l’apartheid israélien où quelques centaines de colons fanatiques, implantés de force au cœur de la ville, appuyés par l’armée d’occupation, pourrissent la vie de milliers de Palestiniens. Ils y occupent maisons et appartements par la force, menaçant et violentant les habitants pour les expulser de leur quartier après avoir contraint commerçants et artisans à quitter le cœur vivant de la ville.

La protection de ce site est depuis longtemps à l’ordre du jour et depuis 2009 deux villes françaises jumelées avec Hébron ont contribué à la création d’un comité international pour la défense et la promotion de ce patrimoine unique.

Le ministre des Affaires étrangères ne peut accepter de se transformer en supplétif du gouvernement Netanyahou mais doit rappeler fermement que la France s’oppose à la colonisation ici à l’œuvre avec une violence extrême et ne reconnaît aucun fait établi par la force. Elle doit rejeter cette ingérence grossière où un responsable communautaire se fait le porte-parole d’une puissance étrangère qui viole le droit international.

Elle doit encourager les membres du Comité du patrimoine de l’UNESCO à résister aux pressions d’Israël et des Etats-Unis de Trump.

Le Bureau national de l'AFPS